Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Gelées d'hiver

Me voilà de retour pour une nouvelle histoire.

A l'époque du bidonville les saisons étaient à mon avis, bien distinctes : au printemps le timide soleil et la pluie unissaient leur talent pour faire bourgeonner la nature, en été le soleil réchauffait la terre et les hommes, en automne la pluie reprenait le contrôle du ciel et quand l'hiver montrait le bout de son nez le froid s'installait. Un froid qui provoque la goutte au nez et qui fait grelotter de l'intérieur.

Pendant ces périodes hivernales nous portions un intérêt très particulier à un élément qui nous était indispensable. Certains soirs, on scrutait le ciel pour essayer de prévoir le temps du lendemain et surtout pour pallier les gelées nocturnes. Notre élément, sensible aux basses températures, trônait dans la cour. Nous lui enroulions des vieux pulls autour de la tête et le long du corps. Lui, d'habitude si fin se retrouvait ficelé et bien emmitouflé, il ne fallait surtout pas qu'il gèle pendant la nuit. En le protégeant ainsi, on préservait notre bien-être.

Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps, je pense que vous aviez deviné que je parlais du ROBINET D'EAU.

Dans la cour, à côté de la porte d'entrée, un tuyau sortant de terre et coiffé d'un robinet tout simple. La « sekaya » était une grande préoccupation de l'hiver.

Au petit matin, notre premier réflexe: vérifier si (la sekaya) le robinet avait passé une bonne nuit. Une hantise, ne pas voir l'eau jaillir de sa bouche, ce qui arrivait quand le mercure descendait au-dessous de zéro. Alors commençait pour nous une tache pénible : faire chauffer l'eau stockée la veille en prévision, la verser sur le robinet pour qu'elle s'écoule doucement jusqu'à sa base. Recommencer l'opération plusieurs fois, et malgré nos mains gelées on pouvait voir sur nos visages un grand sourire de satisfaction, quand se libérant de sa prison de glace, l'eau jaillissait.

Aujourd'hui le robinet d'eau est présent dans la cuisine, la salle de bain, les toilettes nous ne lui portons aucune attention particulière. C'est normal il fait partie de nos habitudes. Eau chaude, eau froide… un seul geste, c'est si facile.

Il fut un temps où… Mais c'est une autre époque.

Rkia Souni



13/12/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres